Le télétravail : frein ou levier de l’égalité professionnelle ?

Le télétravail : frein ou levier de l’égalité professionnelle ?

En temps de crise, les organisations peuvent être tentées de reléguer les questions d’égalité femme/homme au second plan. Or dans une perspective de développement voire d’explosion du télétravail, il est plus que jamais nécessaire d’envisager également ces nouveaux modes d’organisation sous le prisme du genre. C’est tout à la fois un enjeu d’égalité professionnelle, un impératif en matière de la Qualité de Vie au  Travail ou de prévention des Risques psychosociaux, et une réflexion indispensable en termes de performance.

 

Un télétravail « dé-genré » et des visioconférences plus favorables à l’équilibre de parole entre hommes et femmes 

 

L’expérience et les études le montrent : le télétravail peut être à la fois un levier et un frein à l’égalité professionnelle.  Côté levier, sa généralisation depuis mars dernier a contribué à le « dé-genrer». En France de 2010 à 2019, la part des femmes dans le télétravail est passée de 93 à 47%. Le télétravail n’est plus à l’évidence perçu comme une souplesse organisationnelle pour garde d’enfants, et la culture du présentéisme semble être ébranlée ou au moins questionnée.

Autre effet remarquable, évoqué par plusieurs spécialistes : les visioconférences contribueraient à une meilleure répartition de la parole entre hommes et femmes que les réunions en présentiel. « On ressent moins l’effet manterrupting [action de couper la parole à une femme quand on est un homme]», constate Jean-Baptiste Obéniche, Responsable du pôle Diversité, Inclusion et Performance au Travail chez EDF (cité par Hello Work Place).

 

Une porosité entre vie pro et vie perso plus défavorable aux femmes

Du côté des freins et des points de vigilance, on constate que la répartition des tâches domestiques ne s’est pas rééquilibrée pour autant. Durant les confinements, les repas étaient préparés par les femmes dans 63% des ménages. Les mères ont aussi passé deux fois plus de temps que les pères à gérer la scolarité à la maison. Outre que certain.e.s s’inquiètent d’un grand retour des  femmes au foyer, cela pose la question de la santé et du bien-être des salariées, qui voient leur charges mentales augmenter, pour ne pas dire leur charge de travail tout court. Certes la situation sanitaire est exceptionnelle, mais elle nous montre clairement que ce sont les mères qui sont le plus impactées par cette porosité accrue entre vie pro et vie perso.

D’autant que cette inégale répartition pourraient en outre s’avérer un obstacle supplémentaire dans la carrière des femmes. Certaines craignent d’être jugées « plus distraites par leur vie de famille, et donc moins performantes en télétravail » que leurs collègues masculins ou que les femmes sans enfants en bas-âge. Les mères se verraient alors doublement pénalisées. Sans compter la tentation pour certaines d’en faire encore plus pour palier cette inégalité, avec un risque accru de burnout.

 

 

Des espaces de discussion pour faire pencher le télétravail en faveur de l’égalité professionnelle

Si le sujet est complexe, à l’image du monde dans lequel on vit, certaines pistes de réflexions et d’actions peuvent être facilement mises en œuvre. La première est de prendre en compte la dimension de l’égalité professionnelle dans les plans de développement du télétravail et de transformation numérique. Comme la sensibilisation des responsables de projets télétravail et la mise en place de groupes de travail mixtes pour piloter la démarche.

 

Cela passe également par des espaces d’échanges sur le sujet. Dans le cadre de ses représentations ou de ses vidéos-débats, A Nous de Jouer ! a pu constater trois types de bénéfices importants de ces espaces de discussion. Tout d’abord, le fait pour beaucoup de ne plus se sentir isolée et désemparée face à cette problématique. Ces retours et partages d’expériences sont d’abord l’occasion de déculpabiliser face aux difficultés à gérer de tels problèmes. C’est ensuite le moyen de recréer du lien et du soutien social, essentiel pour faire face aux RPS. C’est enfin un creuset d’idées, de prises de conscience et d’expérimentations pour gérer la question du respect des frontières, comme la mise en place de rituels ou de repères spatiaux-temporels, ou encore un changement de posture dans ses différentes identités personnelles, professionnelles et familiales. Gageons que ces échanges nourris puissent progressivement faire pencher la balance du télétravail en faveur de l’égalité professionnelle.

Pour en savoir plus sur nos vidéos-débats sur l’égalité professionnelle et sur le télétravail : contactez-nous

Pas encore de commentaire ! Soyez le premier à laisser un commentaire

<

Haut de la page